La BPI va aider qui ?

Entreprises en difficulté ou projets d’avenir ? Entre ces deux cibles « potentielles », le directeur général de la nouvelle Banque Publique d’Investissement semble avoir fait son choix.

Ne dites plus BPI mais BPIFrance : c’est le nouveau logo de la nouvelle Banque Publique d’Investissement lancé fin 2012 par le président de la République François Hollande.

Ce nouvel organisme, regroupant les guichets d’Oséo, de la Caisse des Dépôts et Consignations et du Fonds stratégique d’investissement (FSI), doit injecter de l’argent frais dans les PME en mal de crédits bancaires privés. Ces actions se traduiront soit pas des aides aux trésoreries soit pas des investissements directs en capital.

La BPI sera-t-elle pour autant un recours pour les entreprises en difficulté ? A priori non. Le directeur général de la structure Nicolas Dufourq a défini des règles assez stricts en la matière pour encadrer les véritables mission de cette banque publique très attendue par les entrepreneurs : : «Nous ne sommes pas des repreneurs. Mais nous sommes là pour accompagner des repreneurs et les projets ambitieux» a-t-il signalé devant les parlementaires mercredi dernier, évoquant les les enhtreprises appelées à devenir les « Essilors de 2030 ».

Un préfinancement du CICE

Autrement dit, les Florange (ArcelorMittal) et les Petroplus, deux sites lâchés par leur maison-mère, ne seraient, malgré leur potentiel et leur rentabilité, probablement pas rentrés dans les clous de la BPI.
La BPIFrance, puisque c’est comme ça qu’il faut l’appeler désormais, promet de mobiliser 12 milliards d’euros d’ici à 2017, dont 7 milliards au bénéfice des entreprises de taille intermédiaire (ETI), 1,7 milliard aux PME et 500 affectés au capital-risque.

2,7 milliards d’euros seront injecté dans le tissu économique à travers 280 fonds privés.
Rappelons également que la structure propose depuis deux mois un dispositif permettant d’accéder à un préfinancement du Crédit d’Impôt Compétitivité-Emploi (CICE) accordé à toutes les entreprises assujetties à l’Impôt sur les Sociétés.

Les antennes régionales de bpifrance seront inaugurées début juin dans les 22 régions françaises.

Post author